Association Les Amis de la Mesure
A tous les temps, à tous les peuples
Introduction Partie I Partie II Partie III Partie IV Bonus Annexes

...Puis à Douai

Patrick ROBINEAU
Responsable de l'ESM et du département métrologie-qualité à l'École des Mines de Douai de 1990 à 1994
Jean-Paul SENELAER
Actuel responsable de l'ESM et du département métrologie-qualité à l'école des mines de Douai

1 Introduction

Créée en 1929 sous le nom « d'École des Poids et Mesures », l'École Supérieure de Métrologie (ESM) dispensait un enseignement orienté exclusivement vers la métrologie légale. Elle formait les fonctionnaires, ingénieurs et techniciens chargés du contrôle des instruments de mesure réglementés par l'État (balances, compteurs d'eau ou d'hydrocarbures, sonomètres, cinémomètres de la gendarmerie). L'ESM avait reçu en 1979 l'habilitation de la Commission des titres d'ingénieurs.

L'ESM accueillait également des auditeurs étrangers, toujours en métrologie légale, et a formé entre 1960 et 1993 environ 250 cadres étrangers issus de 17 pays francophones; elle a bénéficié, à ce titre d'une notoriété internationale certaine.

2 En 1985

En 1985, l'ESM (1) a été rattachée administrativement à l'École des Mines de Douai et a continué d'accueillir des élèves fonctionnaires jusqu'en 1989 et des auditeurs étrangers jusqu'en 1994. En effet une réorganisation des services extérieurs du ministère de l'industrie a entraîné la suspension de cette formation et, parallèlement, une option « Métrologie-Qualité », destinée à former des ingénieurs civils a été créée à l'École des Mines de Douai.

Cette période a été l'occasion d'élargir l'ouverture internationale de l'ESM au delà des pays francophones, puisque conjointement avec l'École des Mines de Douai, elle a signé un protocole de collaboration et d'échange avec l'Institut de Métrologie de Chine d'Hangzhou (2) (IMC). Dans le cadre de cet accord, chaque année, deux élèves de l'IMC étaient admis à l'ESM (où ils suivaient en particulier les deux années de cours de l'option « Métrologie-Qualité »), et deux élèves de l'option « Métrologie-Qualité » de l'École des Mines de Douai réalisaient leur dernière année d'étude à Hangzhou.

La situation géographique de Douai a aussi permis à plusieurs élèves de l'ESM, dont les auditeurs étrangers, de réaliser des projets de fin d'étude dans des laboratoires belges, néerlandais et allemands, confortant ainsi les liens internationaux de l'ESM.

Nous avons en particulier le souvenir d'une étudiante chinoise, qui, accueillie à l'ESM, a pu parallèlement à ses études à l'ESM, avec l'appui de tous les enseignants, obtenir un DEA dans le cadre de son projet de fin d'étude réalisée en Belgique, sur le thème de la susceptibilité électromagnétique des capteurs à jauge de contrainte. Les échanges sur ce sujet techniquement « pointu », se faisant dans un sabir franco-sino-flamand, avec un recours à l'anglais en dernière extrémité, ont démontré toute la capacité d'adaptation et d'ouverture de l'ESM, de son corps enseignant, et de surtout de ses élèves.

La France avait besoin selon les conclusions du Comité d'Application des Sciences (CADAS) publiées en 1996 sur « Quelle place pour la métrologie en France à l'aube du XXIe siècle ? » d'une compétence technique au niveau national et international dans le domaine de la métrologie.

C'est ainsi que l'École supérieure de métrologie recrute de nouveau depuis 1999 de manière à former des cadres de bon niveau, capables de prendre en charge la conception et le suivi des systèmes de mesure pour tous les domaines d'activité en y intégrant les nouvelles technologies.

3 Les élèves et la formation

Les élèves sont recrutés, après un entretien, selon les critères suivants :

  • Être titulaire d'un diplôme d'ingénieur;
  • Être titulaire d'un diplôme de 3e cycle scientifique;
  • Être titulaire d'un diplôme Bac +4 avec une expérience professionnelle minimale de 3 ans.

La formation dure un an et se déroule en 3 phases :

  • Une remise à niveau linguistique en septembre pour les étudiants non francophones;
  • 7 mois de cours comprenant des enseignements de tronc commun et d'option (« Métrologie conventionnelle » et « Métrologie légale ») dans les locaux de l'École Supérieure de Métrologie. Ces cours comprennent les matières suivantes : des cours de base comme le traitement des résultats de mesure, l'analyse statistique des données, de la métrologie appliquée, de l'instrumentation, de la qualité et de la formation générale;
  • 4 mois de stage industriel à l'issue duquel le projet de fin d'étude est soutenu devant un jury (composé d'enseignants et du tuteur industriel).

4 Le diplome

Le diplôme délivré pour les étudiants déjà titulaires d'un diplôme d'ingénieur est celui d'ingénieur spécialisé de l'École Supérieure de Métrologie. Les autres reçoivent le titre de Mastère spécialisé « systèmes de mesure et métrologie ». Les promotions sont d'environ une vingtaine d'élèves par an.


Notes :

  1. Le site Internet de l'ESM est : http://www.esm.fr
  2. Le site Internet du CIM est : http://www.cim.edu.cn/english/