Association Les Amis de la Mesure
A tous les temps, à tous les peuples
Introduction Partie I Partie II Partie III Partie IV Bonus Annexes

La création et l'évolution du service du matériel

Jean-Pierre ESMIOL
Ingénieur divisionnaire Ingénieur de l’industrie et des mines honoraire

Rappel de la situation antérieure

Depuis très longtemps l'’uniformité des poids et mesures avait été désirée. Mais c'est l'Assemblée Nationale Constituante (1789-1791) puis l'Assemblée Législative (1791-1792) en facilitant les travaux de Delambre et Méchain pour entreprendre la mesure du méridien qui firent le grand pas pour fixer l'’unité devant servir de base au nouveau service des Poids et Mesures.

Les travaux relatifs à la fixation des nouvelles unités furent achevés sous le Consulat (1799-1804), et les étalons définitifs furent sanctionnés le 19 frimaire an VIII (10 décembre 1799).

C’'est à cette époque que se place également la première organisation d’un service de vérification étendue à tout le territoire.

Pour suivre la fabrication des nouveaux étalons une Commission Temporaire des Poids et Mesures, puis une Agence Temporaire des Poids et Mesures et le Bureau des Poids et Mesures furent constitués.

Durant ces périodes l'entretien des étalons était confié aux fabricants des instruments, sous le contrôle de Commissions chargées de la révision des étalons et de gérer le bon déroulement des opérations.

Création du service

Le Service du Matériel, comme nous allons le voir, est issu des Commissions de révision des étalons qui avaient été instaurées pour maintenir la qualité des étalons utilisés en France.

La dernière Révision des étalons datant de 1867, en 1930 ceux-ci étaient hors d'état de servir, les uns étant à réparer, les autres restés en bon état devaient être étalonnés, une nouvelle Commission de Révision des étalons fut fixée par arrêté du Ministre du Commerce en date du 14 juin 1930.

Un décret du 28 juillet 1930 consacrait l'existence de la Commission et fixait sa composition comme suit :

Président

  • Monsieur PAINLEVE, Professeur à la Sorbonne et à l'École Polytechnique, ancien Président du Conseil des Ministres, Membre de l'Institut.

Vice-Présidents

  • Monsieur COTTON, Professeur à la Sorbonne, membre de l'Institut;
  • Monsieur MESNAGER, membre de l'Institut, Président de la Commission de Métrologie usuelle.

Membres

  • Monsieur FIGHIERA, Directeur des Affaires Commerciales et Industrielles;
  • Monsieur LABBE, Directeur Général de l'Enseignement technique;
  • Monsieur NICOLLE, Sous-Directeur des Affaires commerciales et industrielles;
  • Monsieur LEMOINE, Professeur au Conservatoire national des Arts et Métiers, Directeur de l'École supérieure des Poids et Mesures;
  • Monsieur PERARD, Sous-Directeur du Bureau international des Poids et Mesures;
  • Monsieur PORTEVIN, Professeur suppléant à l'École centrale des Arts et Manufatures;
  • Monsieur GARVIN, Chef de Travaux à l'École supérieure des Mines;
  • Monsieur CLAMENS, Inspecteur régional des Poids et Mesures;
  • Monsieur PONCET, Directeur de l'École d'Horlogerie de Cluses.

Secrétaire

  • Monsieur DUNAN, Chef de bureau au Ministère du Commerce et de l'Industrie.

Secrétaires-adjoints

  • Monsieur GOSSELIN, Licencié ès sciences, Ingénieur des Poids et Mesures;
  • Monsieur VIAUD, Ingénieur E.C.P, ingénieur des Poids et Mesures.

Cette composition fut modifiée par la suite par l'arrêté du 8 octobre 1931 et à la suite du décès de Messieurs PAINLEVE et MESNAGER.

Cette Commission se consacra à l'organisation du Service de la Révision des Étalons et à l'équipement au laboratoire de la section mesures de longueurs et d'un atelier annexe.

La gestion administrative et les opérations techniques de la Révision des Étalons furent assurés par des fonctionnaires du Service des Poids et Mesures.

Messieurs GOSSELIN et VIAUD, Ingénieurs, entreprirent les opérations de révision.

Monsieur COSTAMAGNA, Ingénieur affecté au Service de la révision au mois d'août 1930, assuma, de concert avec Monsieur GOSSELIN, les études, les relations avec les fournisseurs pour l'installation du laboratoire et la construction des nouveaux étalons, les étalonnages de base et la comptabilité des opérations.

Messieurs MENDEZ, Ingénieur, THOMAS et ETTER, Vérificateurs des Poids et Mesures, furent chargés en octobre 1931, des opérations de contrôle des étalons des Bureaux.

Monsieur GOUZIL, Ingénieur, affecté au Service de la Révision en août 1933, prit part au contrôle des séries de masses de 1 kilogramme à 1 gramme; il ajusta et étalonna, en 1934, la batterie d'étalons primaires de capacité et, en 1935, ajusta et contrôla les étalons de capacité des bureaux de vérification. À partir de juillet 1935, il fut aidé dans ce dernier travail par Monsieur MODEL, vérificateur.

Les fonctionnaires des Poids et Mesures furent assistés par des agents auxiliaires : mécaniciens et deux secrétaires-dactylographes.

L'atelier du Service de la Révision compta jusqu'à trois mécaniciens qui, outre l'entretien courant, assurèrent le polissage des masses en laiton de 20 kilogrammes à 1 kilogramme, l'exécution de nombreuses maquettes et de diverses installations du laboratoire.

Monsieur BRISMEUR, comme mécanicien et Mademoiselle ROQUILLE comme secrétaire-dactylographe, concoururent ainsi aux travaux du Service de la Révision.

Le service du matériel fut institué par l'arrêté du 11 décembre 1934, pour être chargé de l'entretien, de la réparation et de l'étalonnage du matériel des bureaux de vérification et des laboratoires annexés au Service des Poids et Mesures, ainsi que des études relatives à la construction du matériel neuf.

Ce service est installé dans les locaux du Service des Poids et Mesures, au 66, rue de Bellechasse, dans le 7e arrondissement de PARIS.

Le service est chargé des opérations suivantes :

A– Matériel existant :

    1. Répartition du matériel suivant les besoins des Services;
    2. Magasinage et entretien d’une réserve de matériel en bon état;
    3. Établissement d’un roulement entre le matériel en réserve et le matériel en service en vue de révisions périodiques;
    4. Remise en état du matériel détérioré, les réparations courantes étant exécutées par les mécaniciens du Service et les réparations plus importantes confiées à des constructeurs spécialisés;
    5. Détermination du matériel hors d’'usage en vue de son versement à l’'Administration des Domaines;
    6. Réception du matériel neuf de remplacement.

    B Matériel nouveau :

    1. Étude, surveillance de la construction et réception des nouveaux appareils nécessités par les besoins du service;
    2. Élaboration des instructions pour l’'emploi et la conservation de ces appareils.

    C Étalons et poinçons :

    1. Révision périodique des étalons;
    2. Conservation, entretien et réparation des poinçons.

    D Comptabilité, inventaire et contrôle :

    1. Tenue d'un inventaire général par bureau et par catégorie d'appareil.

    E Attributions diverses :

    1. Organisation des participations du Service des Poids et Mesures, aux expositions en France et à l'étranger;
    2. Exécution des étalonnages d'appareils spéciaux employés dans le commerce et l'industrie pour les mesures de précision;
    3. Prise en charge et entretien des installations de l'École Supérieure des Poids et Mesures.

    Il dispose des laboratoires, de l'atelier et du matériel créé pour les opérations de révision des étalons.

    Le personnel de ce Service comprend :

    • 1 ingénieur des Poids et Mesures, Chef du Service;
    • 2 ingénieurs ou vérificateurs des Poids et Mesures;
    • 1 auxiliaire temporaire;
    • Les secrétaires dactylographes auxiliaires temporaires et les mécaniciens auxiliaires temporaires de la révision des étalons.

    De plus il est institué auprès du Ministre du Commerce et de l'Industrie un Comité Technique chargé d'étudier sous la direction de l'inspecteur de la 1re circonscription régionale les questions relatives au matériel de vérification des Bureaux des Poids et Mesures.

    Le décret du 28 juillet 1930 avait institué la Commission de révision des étalons et autorisé le recrutement du personnel nécessaire à la révision et pour la durée de cette révision.

    Le 9 novembre 1937, un décret abroge l'article 2 de ce décret et indique que les opérations de la révision permanente des étalons seront assurées maintenant par le service du matériel du Service des Poids et Mesures avec le concours d'un comité technique.

    L'institution du service du matériel des Poids et Mesures à qui fut confiée la continuation des opérations de révision des étalons commencée en 1930 n'apporta aucun changement au développement de celles-ci puisque le service du matériel reprenait simplement le personnel et le matériel du Service de la Révision.

    Cette création marquait cependant la volonté de l'Administration de poursuivre en permanence la révision des étalons et de renouveler l'équipement des Bureaux.

    Évolutions du service du matériel

    En 1946, le service des Poids et Mesures devient le Service des Instruments de Mesure et deviendra Service de la Métrologie en 1984 puis Sous-Direction de la Métrologie en 1987.

    Dans ce temps, le Service du Matériel lui deviendra Section Matériel et Mesures de Précision.

    Si la révision des étalons occupait une place importante, il s'est avéré que les étalonnages demandés par les industriels, l'entretien et la réparation des instruments utilisés en particulier pour la vérification des masses occupaient une grande place dans les travaux effectués par la section matériel et mesures de précision.

    Au cours des années 1970, la section matériel et mesures de précision avait pris une grande importance en particulier pour les étalonnages de poids, volumes et longueurs et la fabrication de nouveaux matériels, son effectif comportait :

    • un ingénieur en chef des instruments de mesure, chef de section;
    • deux ingénieurs des instruments de mesure;
    • trois ingénieurs des travaux métrologiques;
    • deux techniciens des instruments de mesure;
    • un à deux stagiaires ingénieurs des travaux métrologiques;
    • neuf ouvriers d'État;
    • deux secrétaires;
    • un vérificateur;
    • un chauffeur;
    • deux agents de service.

    et possédait un atelier de mécanique équipé de:

    • un étau limeur;
    • deux fraiseuses (horizontale et verticale);
    • une petite fraiseuse de précision;
    • deux tours de grande dimension;
    • deux petits tours de précision;
    • deux rectifieuses;
    • trois perceuses à colonne;
    • une polisseuse;
    • une ponceuse à grande bande;
    • une scie à ruban;
    • une machine combinée à bois (raboteuse, dégauchisseuse);
    • un poste de soudure autogène;
    • un poste de soudure électrique à arc et un par contact;
    • divers outillages à main.

    Nous citerons ici quelques ingénieurs des instruments de mesure qui ont occupé une place importante dans l'évolution de cette section au cours des dernières années :

    • Monsieur Raoul DELPLANQUE, chef de section;
    • Monsieur Robert LEROY, chef de section;
    • Monsieur Raymond MARMY, chef de section;
    • Monsieur Robert ESTIVAL, chef de section;
    • Messieurs DEMANGEON et SEITE, ingénieurs,

    et jusqu'à sa dissolution dans les années 1990, où la volonté administrative de se séparer progressivement des contrôles techniques ne nécessitait plus de maintenir un service s'occupant du matériel.

    Les réalisations de la section matériel et mesures de précision

    Les balances constituées de fléaux spécialement conçues pour la vérification des poids (Collot, Trayvou ou Kutsch) devenaient de plus en plus difficiles à réparer, aussi le service du matériel lança une fabrication de nécessaires de vérification constitués de deux balances à fléau (fléau à bras égaux et fléau avec rapport au 1/10e) qui seront accompagnées d'un trébuchet acheté dans le commerce. Les poids utilisés pour la vérification ont également fait l'objet d'un rajeunissement par la fabrication de poids en acier inoxydable adaptés aux contrôles :

    • poids à crochets pour la vérification des fléaux;
    • poids cylindriques pour la vérification des poids et des balances dans les bureaux;
    • poids en forme de bâtonnets pour la vérification des balances chez les commerçants (poids dit « kilogramme divisé » car constitué de 2x50 g, 4x100 g et un boîtier de 500 g).

    Pour la vérification des ponts bascules, des véhicules spécialement adaptés pour la manipulation de masses de 500 kg ont été étudiés et fabriqués sous le contrôle de la section matériel et mesures de précision (SMMP).

    Ces camions dénommés camions étalons par analogie avec les masses étalons qu'ils transportaient, ont aussi suivi des évolutions. Celles-ci ont consisté à équiper ces camions de treuils électriques munis de palonniers pour manipuler en sécurité les 10 masses cylindriques de 500 kg qu'ils transportaient.

    Par la suite ces évolutions qui ont nécessité d'augmenter la quantité de masses étalons, en utilisant des masses de 1000 kg ont consisté à utiliser des grues hydrauliques équipées de pinces spéciales pour manipuler ces masses.

    Il ne faudrait pas non plus oublier, dans les travaux de la SMMP, les principales réalisations suivantes :

    • Le prototype (barrière étalon) de moyen étalon pour la vérification des cinémomètres radars utilisés par la gendarmerie pour le contrôle de la vitesse des véhicules, puis la réalisation d'un ensemble émetteur-récepteur de cette barrière pour équiper les circonscriptions métrologiques;
    • Les diverses réalisations d'équipement de prototypes de véhicules pour le contrôle des bascules de portées supérieures à 300 kg;
    • L'étude et le suivi de la réalisation de véhicules spécialement aménagés avec des jauges jusqu'à 1000 litres, pour le contrôle des distributeurs d'hydrocarbures montés sur camions;
    • L'équipement d'un prototype de véhicule transportant des gaz étalons pour la vérification des analyseurs de gaz émis par les véhicules routiers, puis la réalisation de l'équipement de ces véhicules destinés aux 10 circonscriptions métrologiques;
    • La réalisation de modifications de jauges spéciales pour le contrôle des compteurs de lait (jauge à fenêtre et déversoir);
    • L'étude et le suivi de la réalisation de jauges de 20 litres sur chariot pour faciliter le transport et la vidange lors des contrôles des distributeurs routiers d'hydrocarbures;
    • L'étude et le contrôle de la réalisation d'un nouveau banc d'étalonnage de 20 mètres utilisant un interféromètre à laser pour l'étalonnage des mesures de grandes longueurs;
    • L'étude et le contrôle de la réalisation d'un nouveau banc d'étalonnage de mesures de capacités, lors du transfert de la SMMP de la rue de Bellechasse vers Ivry sur Seine.
    • L'étude et le contrôle de la réalisation du laboratoire d'étalonnage des masses et du transfert du banc d'étalonnage des longueurs lors de l'installation des laboratoires d'étalonnage à Ivry sur Seine;
    • L'étude et le contrôle des travaux d'implantation des ateliers de mécanique lors du déménagement de la SMMP à Ivry sur Seine.

    Nous pouvons aussi citer des réalisations moins importantes, telles que :

    • Des pipettes en acier inoxydable, pour le contrôle de la contenance des bouteilles en verre fabriquées en tant que récipient mesure et utilisées pour le commerce des vins;
    • Des masses spéciales de valeurs nominales particulières pour la vérification des trieuses;
    • Des jalons utilisés pour matérialiser les distances sur les pistes d'essais lors de la vérification des taximètres;
    • Des équipements spécifiques pour permettre des prises de cotes sur des bacs pétroliers (étaux pour mesures de longueur, perches télescopiques pour déplacer le ruban ceinturant les bacs);
    • Travaux de menuiserie (boîtes de protection en bois pour les expéditions d'étalons de masse, calages);
    • ...etc.

    Des travaux particuliers liés aux étalonnages tels que :

    • La pesée d'objets divers, pour servir à départager des participants à des concours;
    • La détermination de volumes dans des portions de conduite utilisées dans l'industrie du nucléaire.


    Une réalisation de la Section Matériel et Mesures de Précision (Ensemble émetteur-récepteur laser constituant une barrière étalon pour le contrôle des cinémomètres de contrôle routier)


    Nécessaire de vérification construit par le service du matériel


    Bibliographie:

    1. Révision des étalons du service des poids et mesures (1944).
    2. La révision des étalons des bureaux de vérification en 1930 1935.

    Anecdote

    Les étalons de mon père

    Comme un certain nombre de collègues de ma génération, je suis le fils d'un vérificateur des « Poids et Mesures ».

    Je me souviens d'une anecdote arrivée à mon père dans les années 1930-1940 alors qu'il exerçait les fonctions de vérificateur dans l'arrondissement de Fontenay-le-Comte en Sud Vendée.

    C'était sans doute l'époque d'une « révision des étalons » et mon père venait de recevoir un courrier de l'administration lui annonçant l'expédition de ses « étalons » en gare de Fontenay-le-Comte.

    Suite à cet avis, mon père se présente au guichet de la gare et demande si ses « étalons » sont arrivés. À sa grande stupéfaction le brave employé lui réplique : « pour les chevaux de course, ce n'est pas ici mais à la petite vitesse », la gare de marchandise de l'époque !

    Un long quiproquo s'en suivit, mon père ayant probablement omis de préciser que ses « étalons » étaient des poids et mesures et non des chevaux ! Somme toute la confusion était assez normale car à l'époque, la petite gare de Fontenay-le-Comte recevait certainement plus souvent des chevaux que des poids-étalons.

    Cette petite histoire fut souvent racontée par mon père ; c'est sans doute la raison pour laquelle je m'en souviens encore aujourd'hui.