Association Les Amis de la Mesure
A tous les temps, à tous les peuples
Introduction Partie I Partie II Partie III Partie IV Bonus Annexes

La dispense d'Esso une expérience enrichissante

Henri DESHOURS
Chef du service Métrologie chez Esso SAF

L'importance de la Métrologie

La Société Esso emploie, pour ses transactions commerciales sur le territoire français un parc important d'instruments de mesure soumis à la réglementation. En 1988 le parc des instruments de mesure, réparti dans 40 installations sur le territoire français, était constitué de :

  • 215 compteurs industriels dans les dépôts et Esso Service Aviation;
  • 123 jaugeurs automatiques sur les bacs de stockage;
  • 152 dispositifs de télérelevé des températures;
  • 95 thermomètres en pied de bac;
  • 19 ponts-bascules.

Ce matériel est utilisé directement pour mesurer 4 millions de mètres cubes de produits divers que commercialise notre société chaque année. L'impact financier de la précision de ces mesures est considérable :

  • 1 pour mille sur le comptage représente 1700 k€
  • 1/10e de degré Celsius sur la température des produits représente 170 k€.

La qualité de la mesure est donc un souci constant pour notre société car elle assure le respect d'une éthique commerciale avec notre clientèle, permet de valoriser nos produits et se révèle une aide très précieuse pour analyser les anomalies dans les bilans matières.

Le Service Métrologie d'Esso

Son origine est fort ancienne car il a été créé en 1929, sous la dénomination Service Jaugeage, lorsque notre société s'appelait alors la Standard Franco Américaine de Raffinage (SFAR), et le premier barèmage a été effectué le 25 octobre 1929 sous la référence J1 au dépôt de Toulouse. Depuis cette époque, le Service Métrologie a effectué plus de 12000 barèmages de bacs.

En 1975, le Service Jaugeage change de dénomination pour s'appeler Service Métrologie, afin de mieux refléter l'élargissement de son domaine d'activité notamment dans le domaine du mesurage dynamique, avec la généralisation des compteurs de chargement.

Le chef du Service, H. Deshours, participe de façon active aux travaux de normalisation du BNPé et assure la présidence de la commission mesurage P06 qui travaille en étroite collaboration avec l'ISO TC28/SC2 (mesurage dynamique) et TC28/SC3 (mesurage statique). Certaines normes publiées sont maintenant d'un usage courant dans le domaine de la métrologie légale, en particulier la série des normes ISO 7507 : jaugeage des réservoirs cylindriques verticaux et la NF M 08-020, à laquelle la réglementation applicable aux bacs pétroliers fait référence pour constituer les exigences de construction.

Décret du 6 mai 1988

L'expertise acquise dans ce domaine avait permis d'établir des relations de confiance avec les DRIRE qui restaient très vigilantes dans ce domaine. Une telle situation aurait pu être considérée comme proche de l'idéal souhaité par toutes les parties intéressées. C'est alors qu'en 1988 une révolution est venue modifier le paysage serein de la métrologie.

Le 6 mai 1988 est paru le décret n° 88-682 relatif au contrôle des instruments de mesure. Son article 44 prévoyait que le préfet peut dispenser de vérification périodique et de vérification après réparation les instruments vérifiés et entretenus par le détenteur dans des conditions prévues par la décision de dispense. Concrètement, cette disposition fut conditionnée à la mise en place d'un système d'assurance de la qualité.

Mise en place du système d'assurance de la qualité métrologique

La mise en place du système d'assurance de la qualité métrologique a été l'occasion d'un dialogue de plusieurs mois avec la DRIRE d'Île de France, pilote pour ce projet. Il faut remercier en particulier MM P. Russac et R. Brossé qui nous ont aidés dans cette lourde tâche. Il a fallu apprendre un nouveau langage pour répondre aux exigences du décret, de l'arrêté d'application, de la circulaire et des normes, pour rédiger le Manuel d'Assurance de la Qualité et les procédures de vérification et d'étalonnage des différentes catégories d'instruments de mesure.

Il a fallu aussi développer un logiciel pour gérer le parc des instruments de mesure détenus et les interventions. Nous tenons à remercier M. J.L. Layrolle pour son aide précieuse dans la conception et le développement du logiciel.

L'audit initial a été conduit les 14 et 15 septembre 1988 par M. C. Rey avec MM P. Russac, S. Miraucourt, R. Brossé et J.-L. Layrolle qui ont évalué en particulier le manuel qualité, la compétence de chaque intervenant, et vérifié la pertinence et la bonne application de chaque procédure sur le terrain.

Engagement la Direction Générale

L'engagement de la Société défini en tête du manuel a été réaffirmé par notre Président J. Verré aux autorités les plus représentatives de l'Administration lors d'une réunion organisée à notre ancien Siège Social à la Défense.

La solennité de cette réunion a permis de montrer l'importance que pouvait avoir pour notre société la signature d'un tel accord sur le plan national, avec 17 DRIRE.

Autorisations de dispense

Après résolution des remarques formulées lors de l'audit initial, les autorisations de dispenses ont été progressivement signées par les différentes DRIRE à partir du 29 novembre 1988.

Extension des autorisations de dispense au barèmage des réservoirs

Ce fut un travail considérable pour obtenir l'extension des autorisations de dispense au barèmage des réservoirs. Après un audit initial conduit par MM P. Robineau et L. Silvert, il a fallu valider nos logiciels par intercomparaison avec les résultats fournis par les logiciels d'Alès, avec l'aide de M. JN. Bey qui nous a fourni les jeux d'essais, de MM P. Canavaggio et S. Miraucourt, et de M. C. Pirault qui nous a expliqué le fonctionnement des « splines à ressort ».

Après deux années d'effort, l'extension a été obtenue le 16 février 1993.

Bilan après 15 ans de fonctionnement

Le système d'assurance de la qualité mis en place en 1988 fonctionne toujours. Le manuel qualité évolue d'année en année (nous en sommes à la révision 11). Les procédures s'améliorent progressivement pour prendre en compte les commentaires formulés à l'occasion des différents audits, l'évolution de la réglementation et du matériel.