Association Les Amis de la Mesure
A tous les temps, à tous les peuples
Introduction Partie I Partie II Partie III Partie IV Bonus Annexes

De la jauge mesureuse à l'ensemble de mesurage routier : petite histoire du contrôle des pompes à essence

Lionel SILVERT
Ingénieur divisionnaire de l'industrie et des mines

Tout d'abord, souvenons nous du tout début de l'ère automobile, où l'automobiliste qui souhaitait ravitailler son véhicule devait acheter l'essence en bidons scellés.

Puis, en 1921, l'ancêtre de la pompe à essence est apparu; il fût appelé la « jauge mesureuse ». C'était un piston bi-directionnel qui aspirait l'essence du stockage inférieur puis refoulait ce produit vers le réservoir de l'automobile.

Après de nombreuses évolutions, c'est en 1932 que sont apparues les premières pompes à essence équipées d'un compteur continu à pistons qui permettait un mesurage de volumes variables, donc adapté au besoin du client.

L'ère de l'électronique fait son apparition dans les équipements industriels au début des années 1970. Les fabricants commencent donc à entrevoir les possibilités que l'utilisation de l'électronique peut apporter aux instruments de mesure. Dès 1973, les premiers dispositifs électroniques indicateurs des volumes et des prix sont conçus et mis en essais officiels sur le terrain par la métrologie légale, la réglementation n'ayant pas prévu ces nouveaux dispositifs.

En effet, la réglementation n'était pas du tout adaptée à cette nouvelle génération de matériel. Le service des instruments de mesure de l'époque réagit alors très rapidement en étudiant réglementairement les évolutions possibles, en particulier grâce aux essais précédemment effectués. Le travail réalisé débouche en novembre 1975 par la publication d'un arrêté relatif « aux dispositifs électroniques incorporés ou associés à des instruments de mesure réglementés ».

Dès cet arrêté, nous trouvons la base de notre philosophie réglementaire qui a toujours été utilisée dans les réglementations ultérieures. Cet arrêté symbolise aussi le point de départ de la volonté française de s'impliquer et d'être précurseur dans les discussions internationales pour l'élaboration d'une réglementation commune sur les dispositifs électroniques.

Dans le domaine des ensembles de mesurage de liquides, le service des instruments de mesure a pris en charge les travaux internationaux sur le sujet au sein de l'OIML. La durée pour avoir un consensus semblant importante, la France décide dès 1990 de faire paraître une circulaire qui est le reflet des discussions internationales et de la volonté française de ce moment là. Cette décision est très importante pour nos industriels car ils ont, dès cet instant, un cadre pour la conception de leurs équipements de mesure.

Dans ce domaine, la difficulté principale est que le mesurage des liquides et des fluides n'est pas répétable. Il faut donc en permanence contrôler le bon état de l'appareil et le stopper dès qu'une anomalie est détectée, tout en permettant de terminer la transaction engagée entre le consommateur et le propriétaire de la station service. C'est pour cela que la chaîne électronique complète, du mesureur aux filaments des lampes de l'indication du dispositif, devait être contrôlée pour déceler toutes les pannes imaginables. Dans ce but, la chaîne d'impulsions émises par le mesureur, la ligne de calcul électronique et le contrôle électronique de fonctionnement étaient réalisés en double. Même l'état de chacun des segments des tubes d'affichage était suivi en instantané.

Bien sûr les équipements et les techniques de mesurage des liquides et des fluides ont, grâce à l'électronique, continué à évoluer. Et c'est en 1995, qu'un document officiel de l'Organisation internationale de métrologie légale reçut l'accord de l'ensemble des pays participants: la Recommandation internationale R 117.

Histoire de la « pompe à essence » en images


Années Jusqu'à 1950 Types mono-jaugeur ou bi-jaugeursde gauche à droitre modèles sur fût, sur chariot-citerne (dit « le char romain ») et fixe sur colonne.


Années 1935-1985 À gauche modèle à pompe manuelle (1950) Au centre modèle à pompe électrique (1960) À droite « type clou » à dispositif indicateur mécanique (1970).


Distributeurs Modernes Types mono ou multiples (dits « multi-pistolets »).