Association Les Amis de la Mesure
A tous les temps, à tous les peuples
Introduction Partie I Partie II Partie III Partie IV Bonus Annexes

Le maître Salvador Dali et le mètre étalon

Nicole MARQUET
Fille de Louis Marquet+, Ingénieur divisionnaire des travaux métrologiques

Pour le peintre Salvador Dali, Perpignan était le « centre du Monde », parce que, chaque année, en octobre, c'est là qu'il mettait dans le train pour Paris, les travaux qu'il avait fait pendant l'été, d'où une grande angoisse: auront-ils du succès ? C'est cette angoisse qui rendait le lieu important pour lui.

Mais Perpignan a joué un rôle dans l'Histoire de la Métrologie: la base terminale de la triangulation effectuée, depuis Dunkerque, par Delambre et Méchain, entre 1792 et 1798, se trouve entre Perpignan et Le Vernet. Bien sûr, la gare de Perpignan n'existait pas, à l'époque... mais cela a intéressé Dali.

Mon père, Louis Marquet, responsable du Service de documentation du SIM, a participé à un « Journal inattendu », à midi, sur RTL, le samedi 6 mai 1967, avec le peintre Salvador Dali comme « rédacteur en chef », pour raconter les péripéties de cette triangulation.

À la fin de l'émission, mon père a parlé de la « nouvelle » définition du mètre, avec la longueur d'onde du krypton. Cela a enchanté Dali, qui s'est écrié: « Krrrrypton !! Ce sera le mot final de cette émission ! ».

Dali demanda à mon père de lui rédiger un texte pour le livre qu'il allait publier. Ce fut « Le Rôle de Perpignan dans la détermination du mètre », en Annexe 2, pages 261 à 277 du livre « Les passions selon Dali », qui parut aux éditions Denoël en mars 1968, et dans lequel Dali explicite sa « photo de Dieu »: « un homme merveilleux qui, sur la pellicule, aurait la hauteur exacte du mètre étalon. Ce sera un acte de foi purissime, dans la tradition spirituelle médiévale ».

Mais Dali voulait aussi voir un mètre étalon, ce qui est difficile pour l'original; mon père obtint l'autorisation du Chef du SIM pour en apporter une copie à Dali, dans sa maison de Port-Lligat, près de Cadaquès, au nord de Barcelone.

Par une matinée ensoleillée d'août 1968, nous avons été accueillis par Dali, qui peignait « la Pêche au thon », dans ce lieu insolite, qui réunit par des escaliers, plusieurs cabanes de pêcheurs.

Dali nous expliqua : « J'ai demandé à des évêques si l'on pouvait faire une photo de Dieu, car il est partout représenté comme un Jean-Jaurès barbu, cela ne me plaît pas. Dieu a créé l'Homme, et l'homme a créé le Système métrique. Si je prends un homme parfait et un mètre-étalon, j'aurai une photo de Dieu. »

Mon père lui montra la copie du mètre-étalon (apportée de Paris, au milieu des valises, du parasol et des paniers...) et lui fit remarquer la section en « X » asymétrique, en lui donnant une notice avec le schéma détaillé de cette section et ses dimensions.

Dali prit le mètre dans ses mains, l'examina et s'exclama: « Très intérrrressant ! Je découvrrrre des rrraporrrts géométrrriques parrrticuliers dans cette strrructurrre ! Je vais étudier tout cela ! »

Mon père demanda à Dali de lui dédicacer l'exemplaire du livre qu'il venait de recevoir. Et Dali dessina, à main levée et au stylo-bille bleu, un Don Quichotte, tenant à la main un mètre-étalon, et écrivit: « à Louis Marquet, Don Quichotte du mètre », au dessus de sa signature.

Dali a « compliqué » sa « Photo de Dieu », en utilisant un hologramme. L'opération eut lieu en septembre 1968, au Centre Audiovisuel de l'École Normale Supérieure de St-Cloud, où mon père représentait le SIM. Une photo des participants, avec Dali devant le laser, a été publiée dans l'article « Surréalisme, métrologie et métaphysique », de la « Revue de métrologie » de novembre 1968, pages 651 à 654.

Le Mètre en X qui a fait rêver Dali

L'expansion du système métrique décimal après 1850 rend nécessaire la confection d'un autre étalon plus précis, à traits et non à bouts. En 1872, la Commission internationale du Mètre décide de le fabriquer en platine iridié (90 % de platine,10 % d'iridium, densité 21,5), alliage homogène, inaltérable et dont le coefficient de dilatation est faible.

La section de la règle, dite en X, s'inscrit dans un carré de 20 mm de côté et a été calculée en vue d'économiser le métal, de conserver à la règle sa rigidité et de faire apparaître la fibre neutre, sur laquelle on mesure la longueur du mètre entre deux traits tracés à 10 mm de chaque extrémité.

Il s'agit donc d'un étalon à traits de 1 020 mm de longueur totale.

Un certain nombre de mètres identiques ont été fabriqués et étalonnés sur le mètre de 1799 dont ils devaient représenter lalongueur exacte. Le plus proche de cette longueur a été choisi comme mètre-étalon international en 1889 par la 1re Conférence générale des Poids et Mesures qui a distribué aux différents États les autres mètres devant servir d'étalons nationaux.


Le Mètre en X qui a fait revêr Dali

height="64"

Trait d'extremoté du mètre (cotes en mm)

height="156"

Section de l'ancien prototype international (cotes en mm)